Accueil   |  Actualité  |  Tibet actuel  |  Histoire et Vérité  |  Profil du Tibet  |  Documents  |  Le XIVe Dalai-lama  |  Vidéo  |  Photo
 
 
Document: La situation en matière de protection des reliques culturelles du Tibet
    temps:2017-05-22 source:China Tibet Online auteur:    

Récemment, après avoir réalisé des travaux d'entretien pendant plusieurs années, le monastère de Samye peu à peu reprend son style ancien. Le monastère de Samye est situé sur la rive nord du Yarlung Zangbo, et il s’agit du premier monastère complet bouddhiste du Tibet, et il jouit de la réputation de l’« ancêtre des monastères » dans le monde. Il a été construit par le Guru Rinpoché à l’invitation de l’empereur tibétain de Trisong Detsen au 8e siècle apr. J.-C.

En 1996, le monastère de Samye a été répertorié comme une unité de protection des reliques culturelles de Chine. Il a commencé son projet de rénovation en septembre 2010, avec un investissement total de plusieurs dizaines de millions de yuan. Selon Norbu Dhondup, directeur du Bureau des reliques culturelles du Tibet, ces dernières années, l'investissement financier pour la protection des vestiges culturels du Tibet a augmenté de façon constante, et les modalités de financement du gouvernement central pendant la période du « 13e plan quinquennal » (2016-2020) ont atteint 1,84 milliards de yuans (environ 240 millions d'euros, 260 millions de dollars), soit une augmentation de 84% au cours des cinq dernières années. De plus, chaque année, des fonds de 70 millions de yuans (environ 10,13 millions de dollars) consacrés à la protection des reliques culturelles.

Plus de la moitié des projets sont achevés

Depuis les années 1980, la Chine a alloué chaque année des fonds spéciaux et des quantités d'or et d’argent pour l'entretien, la réparation et la protection d’autres monastères tibétains. De plus, 6,7 millions de yuans (environ 97 millions de dollars), 111 kg d'or, et plus de 2000 kg d'argent et beaucoup de bijoux ont été alloués, pour réparer les halls mémoriaux et les stupas du 5e au 9e Panchen Lama. Pour la construction du stupa et du hall mémorial du dixième Panchen, l’État a alloué 66,2 millions de yuans (environ 9 millions dollars) et 650 kg d'or. En 1994, l'État a alloué 20 millions de yuans (2,89 millions de dollars) pour continuer à rénover le monastère de Ganden. Depuis 1995, le gouvernement central a inclu le Palais de Potala, le Norbulingka et le monastère de Sakya dans la liste du soutien financier du patrimoine culturel national.

Lors de la période du « 12e plan quinquennal », 33 des 46 projets du patrimoine culturel du Tibet ont été réalisés, et la protection du monastère de Palkor de la ville de Shigatse et 10 autres projets de conservation ont été mis en œuvre.

Une nouvelle force scientifique et technologique de conservation

Située dans la banlieue ouest de Lhassa, la fresque antique du monastère de Drepung a été réparée.

En juillet 2013, le Musée du Palais de la Cité interdite, en collaboration avec le temple de Jokhang, a décidé d'établir une base de données unifiée complète pour les artefacts du temple de Jokhang. « On peut montrer les 360 degrés d’une statue de Bouddha avec 10 photos, afin d’exposer les plus belles parties du Bouddha, » dit Luo Wenhua, directeur de l’Institut de recherche des vestiges culturels du Musée du Palais du bouddhisme tibétain. Sur le grand écran, on peut agrandir de 4 à 10 fois les fresques anciennes. Les peintures murales sur les murs du temple Jokhang, qui sont à l'origine si difficile à voir, sont maintenant clairement visibles, incluant la couleur, les lignes, les personnages, et même les anciennes inscriptions.

Depuis 1996, 380 millions de yuans ont été investis pour réparer le Palais du Potala, le temple de Jokhang et le Norbulingka, et depuis 20 ans, le gouvernement central a investi près de 30 milliards de yuans dans la préservation du patrimoine du Tibet, avec plus de 300 projets de protection et de réparations de secours.

Le nombre de projets atteindra 108 au cours des cinq prochaines années

Il est rapporté qu’au cours des cinq prochaines années, la construction du Nouveau Musée du Tibet, du Musée de Nagqu et du Musée de Ngari sera terminée, et les objets des collections du Palais du Potala, du Norbulingka et de quatre autres musées seront numérisés ou remis en valeur.

Le Bureau national du patrimoine a déterminé qu’au cours des cinq prochaines années, on procédera à un certain nombre de projets d'enquête archéologique au Tibet, ainsi que la construction d’un laboratoire archéologique pour la faune et la flore. Un projet de restauration et de conservation des peintures murales sera mis en œuvre. Jusqu'à présent, il est prévu de mettre en œuvre 108 projets au cours des cinq prochaines années.

Auteur: Lu Peifa
Source: People Daily
Traduit par China Tibet Online
(Rédactrice: Caroline)

 
 Articles connexes:
Les droits de l'homme du Tibet-- France
Photo
法语翻译:
Vidéo
·Voie ferrée Qinghai-Tibet
·Le Tibet
·« Indépendantistes tibétains » à l'étranger e...
Je recommande
·Paysage scénique de la rivière Yarlung Zangbo en ...
·Le Tibet tient des exercices en cas de détournement
·Une délégation tibétaine de l'APN de Chine effec...
 
 

La Recherche des droits de l'homme de la Chine
frtibet328@yahoo.cn
Société à responsabilité limitée de propagation du Wu Zhou