Accueil   |  Actualité  |  Tibet actuel  |  Histoire et Vérité  |  Profil du Tibet  |  Documents  |  Le XIVe Dalai-lama  |  Vidéo  |  Photo
 
 
Servi sur un plateau
    temps:2017-01-16 source:french.china.org.cn auteur:    

Le restaurant Tsangyang Gyatso et son style très tibétain

François Dubé*

Nul besoin de suivre les pas d'Alexandra David-Néel et de se lancer dans un long périple à travers des cols enneigés pour satisfaire une fringale de langue de yak. Les fins gourmets de Beijing peuvent désormais apprécier la nourriture, la culture et l'hospitalité du Tibet au centre même de la capitale chinoise.

« Non seulement les plats servis ici sont différents et délicieux, mais tout est si exotique ici », dit Li Zhang, un habitué du restaurant tibétain Makye Ame. « Cet endroit est situé à seulement 30 minutes de ma maison, mais chaque fois que je viens ici, j'ai l'impression d'avoir franchi les

3 000 km qui me séparent de Lhassa. »

Depuis 2001, Makye Ame fait honneur aux traditions d'hospitalité chaleureuse du haut plateau. En entrant, les clients sont d'abord accueillis par le sourire charmant de Mima Lhamo, 24 ans, originaire de Shigatsé, la deuxième ville en importance du Tibet. Vêtue d'une magnifique robe traditionnelle, elle mène d'une main de maître une équipe de jeunes cuisiniers et serveurs.

« Nos employés sont de jeunes Tibétains venant des trois régions tibétaines de la Chine, à savoir le Tibet, le Qinghai et le Sichuan », dit-elle avec fierté. « Quant à nos clients, ils viennent de partout, y compris des Tibétains, des Han et des étrangers. »

Makye Ame fait partie des nombreux restaurants tibétains qui ont ouvert leurs portes à Beijing. En plus d'inviter leurs clients à faire l'expérience d'une aventure culinaire sans pareil, ces restaurants sont peu à peu devenus des canaux permettant de présenter la culture tibétaine aux résidents de la capitale.

Le dilemme de l'authenticité

Fondé en 2001 par Zelang Wangqing, un prolifique entrepreneur de la préfecture autonome tibétaine et qiang d'Aba, dans l'ouest du Sichuan, le restaurant Makye Ame est réputé pour fournir une expérience culinaire authentique, au risque de faire fuir certains clients.

Lhamo se porte garante de l'authenticité. « Les plats de viande sont exactement ce que l'on trouve au Tibet, la même préparation et le même goût », dit-elle.

Reflétant le style de vie carnivore des Tibétains, le menu comporte des dizaines de plats de viande de yak et de mouton sous toutes les formes. Les clients peuvent étancher leur soif avec une tasse de thé de beurre, la boisson traditionnelle salée du Tibet, ou avec divers types d'alcool d'orge du haut plateau.

La plupart des ingrédients, comme les produits laitiers et la viande séchée de yak, proviennent directement de Lhassa. « La plupart des plats que nous servons ici sont tout simplement introuvables ailleurs », dit Lhamo.

L'insistance du restaurant à offrir des plats authentiques, sans essayer de les adapter aux goûts locaux, est à la fois louable et risquée. Si certains clients sont visiblement satisfaits, d'autres sont sceptiques. « Évitez la tsampa insipide à tout prix », dit un commentaire en ligne, faisant référence au plat préféré des Tibétains fait de farine d'orge torréfiée.

Caché au fond des allées étroites de Beijing, non loin de l'attraction touristique de Houhai, le restaurant Qomolangma est un autre lieu populaire pour les amateurs de cuisine tibétaine à Beijing. Le restaurant, dont le nom signifie Everest en tibétain, s'adresse surtout aux touristes et aux familles, qui sont moins tentés par des aventures culinaires risquées.

Liu Hai, directrice du personnel, explique que le restaurant a dû adapter ses plats pour satisfaire les clients locaux, tout en continuant à offrir certains plats tibétains typiques - comme la tête de mouton et le gingembre frit.

« Nous avons ajouté des épices, et puisque la plupart de nos cuisiniers sont des Han, les plats sichuanais compte pour environ la moitié de notre menu », dit-elle. « Même si la viande vient du Tibet, on ne peut pas dire que le goût soit authentique. »

Ce processus d'adaptation semble ravir les clients à la recherche de quelque chose de différent sans dépasser les limites de leurs papilles gustatives. Mais si cette fusion de plats sichuanais et de viande tibétaine permet au restaurant de gagner de nouveaux clients, d'autres restent moins convaincus.

« Quand des dirigeants tibétains visitent Beijing et viennent ici, ils boivent généralement du thé au beurre et vont manger ailleurs ensuite », explique Liu. « Ils disent que nos plats tibétains ne sont pas assez authentiques. »

 
 Articles connexes:
Les droits de l'homme du Tibet-- France
Photo
法语翻译:
Vidéo
·Voie ferrée Qinghai-Tibet
·Le Tibet
·« Indépendantistes tibétains » à l'étranger e...
Je recommande
·Paysage scénique de la rivière Yarlung Zangbo en ...
·Le Tibet tient des exercices en cas de détournement
·Une délégation tibétaine de l'APN de Chine effec...
 
 

La Recherche des droits de l'homme de la Chine
frtibet328@yahoo.cn
Société à responsabilité limitée de propagation du Wu Zhou